Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Comment Charles Lavigerie a vécu Justice et Paix

Même si dans son temps on ne parlait pas de JPIC-RD le Cardinal a vécu dans son engagement les différents aspects de ce qu’aujourd’hui nous appelons : Justice, Paix, Rencontre et Dialogue avec d’autres cultures et religions.

1.      Quelques événements et situations où Lavigerie a vécu JPIC-RD

  1. Tuerie des chrétiens en Syrie et Liban. Lavigerie, directeur des Ecoles chrétiennes d’Orient y va pour leur apporter l’aide des chrétiens de France. En y arrivant il fait « son chemin de Damas ». Il voyage et vit comme les gens, s’habille comme les gens, va visiter les victimes, leur apporte du réconfort. Il rencontre toutes les personnes qui peuvent l’informer sur ce qui est arrivé, les raisons du massacre, les conséquences… Il visite des leaders chrétiens des différentes églises (parfois en difficulté avec l’église catholique) et des musulmans de différentes tendances.
  2. Rencontre Cardinal Lavigerie et Abd el-Kader : chacun reconnaît la présence de Dieu chez l’autre. C’est là une vraie rencontre.
  3. Etant évêque de Nancy, il améliore la préparation des enseignants.es religieux.ses de l’enseignement catholique, en leur exigeant de passer un examen avant de pouvoir enseigner. Pour cela il ouvre des écoles pour les préparer à l’enseignement. 
  4. Il accepte d’aller en Algérie (face à une possible nomination plus importante) parce qu’en Algérie il voit une mission plus large.
  5. Famine en Algérie : accueille les enfants sans distinction. Procure un endroit pour les loger, les nourrit et les habille. Va demander des fonds en France. Ecrit aux journalistes pour raconter ce qui se passe, afin que la France prenne des mesures urgentes pour le bien de la population musulmane.  Cela lui vaut des difficultés avec Mac Mahon qui a essayé de cacher la réalité de la famine et du choléra.
  6. Il crée le village des Attafs pour les orphelins de la famine ( devenus des adultes). 
  7. Depuis son séjour de 1860 en Syrie, Lavigerie est partisan d’un rapprochement avec les Églises d’Orient. A la demande du patriarche de l’Église grecque- melkite en 1882, il ouvre à Jérusalem, un petit séminaire de rite grec-melkite. L’enseignement y est assuré en français par les Pères Blancs, avec étude de l’arabe et du grec, pas de latin. Les célébrations religieuses et  la manière de vivre, tout y est oriental.
  8. Esclavage en Afrique. Il demande des informations sur ce qui se passe. Il demande à ses missionnaires d’acheter des jeunes esclaves pour les libérer et les former. Il les envoie à Malte (Europe proche d’Afrique) pour les former. Il en fait des catéchistes médecins, des professions utiles en Afrique à ce moment-là.
  9. A la fin des années 1880  à propos de l’abolition de l’esclavage au Brésil, le Pape va écrire une Encyclique. Lavigerie saisit l’occasion pour demander au Pape de mentionner l’esclavage en Afrique de l’Est. Le Pape accepte et condamne l’esclavage en Afrique.
  10. Lavigerie propose au Pape d’organiser une Campagne anti-esclavagiste pour éradiquer l’esclavage de l’Est de l’Afrique.  Le Pape lui répond en acceptant son idée et le nomme pour faire cette campagne en Europe.
  11. Campagne anti-esclavagiste en Europe. Lavigerie accepte malgré son mauvais état de santé. Il part en Europe et mène une vaste campagne d’information en Europe sur la réalité du fléau esclavagiste. Il cherche à provoquer un mouvement d’opinion pour exercer une pression sur les gouvernements chrétiens et musulmans.  Il parcourt les capitales européennes qui avaient de l’influence en Afrique: Rome, Paris, Bruxelles, Londres mais aussi d’autres villes. Il organise des comités (pour qu’ils continuent à travailler quand il ne sera plus là) d’information antiesclavagiste avec des journalistes, des comités économiques pour ramasser de l’argent pour libérer des esclaves, des comités pour organiser des événements où informer sur la réalité de l’esclavage. Il visite les chefs d’état, les parlementaires, des personnes influentes et des organisations qui influencent les politiques en Afrique pour les convaincre d’éradiquer l’esclavage. Il organise aussi des manifestations éclatantes, dont la presse se fait l’écho.
  12. Il propose aux chefs d’état d’organiser une Conférence internationale avec les grandes puissances qui ont des territoires en Afrique afin d’éradiquer l’esclavage. Le cardinal veut amener les dirigeants des pays à collaborer entre eux. Le Foreign Office du Royaume Uni a réuni les représentants de seize puissances qui signent en 1890 la convention de Bruxelles, qui permet de conjuguer les efforts dans la répression du trafic humain.

Voir comment Charles Lavigerie a agi dans la plupart de ces faits mentionnés. :

Il se renseigne sur la situation (esclavage, Algérie). Il écrit à ses missionnaires et leur pose des questions pour s’informer sur l’esclavage). (connaître la situation)

Lorsqu’il connaît la situation (famine en Algérie, esclavage en Afrique subsaharienne) il en informe  d’autres pour multiplier son efficacité. Il cherche surtout de bons communicateurs : journalistes, etc. (il conscientise d’autres sur la réalité)

Il forme des comités qui vont faire les tâches que lui seul ne peut pas faire. Dans le cas de la campagne anti-esclavagiste il forme des comités de communication, de finances (pour chercher l’argent), d’édition (pour écrire régulièrement des notes paroissiales, des revues, etc. ), d’organisation pour organiser les grandes  réunions (sermons dans les cathédrales, réunions avec les laïcs, avec des associations, etc. ).  (il agit, et cherche des collaborateurs pour qu’ils fassent le travail qu’il ne peut pas faire, des multiplicateurs).

Il rencontre les autorités qui ont quelque chose à dire ou à faire en vue du but qu’il recherche : chefs d’état, politiciens, personnes influentes… pour les informer de la réalité en Afrique par rapport à l’esclavage et en Algérie par rapport à la famine et à d’autres thèmes… Il leur fait des propositions concrètes pour agir. (il fait du plaidoyer)

Il propose une Conférence Internationale des autorités des pays d’où partent les esclaves et où ils arrivent (les pays qui ont des colonies en Afrique et les pays de l’Afrique du Nord et du monde arabe qui reçoivent et achètent les esclaves) afin d’éradiquer l’esclavage de la côte Est de l’Afrique. Ce n’est pas lui qui l’organisera, ce sera le Royaume Uni et la Conférence se tiendra à Bruxelles. (il fait des propositions qui mènent à une solution du problème).

La rencontre de Lavigerie avec Abd-el-Kader

Abd-el-Khader, avait une réputation de sage et de grand croyant de l’Islam. Il fut un chef militaire et religieux de la résistance algérienne contre la colonisation de la France. Fait prisonnier par les français, ils l’amenèrent à Pau où il fut incarcéré et après reçut la permission de s’exiler à Damas (Syrie) où le jreoignirent d’autres algériens dont plus de deux mille cavaliers musulmans.

En 1860, de graves tensions entre les chefs musulmans et la France, les Druses et les Métualis organisèrent des émeutes contre les chrétiens. Abd-el-Khader condamne publiquement ces violences, fait une déclaration énergique au pacha (le chef de la Syrie) en défendant les chrétiens. Mais lorsque les émeutes se transformèrent en massacres Abd-el-Khader sauva la vie à un millier de chrétiens, de religieuses et de prêtres, en les accueillant dans son palais, au risque de sa vie… Plus tard, il évita que la chancellerie de France fût brûlée par les Turcs.

C’est pour le remercier de ce courage que l’abbé Lavigerie  voulut le rencontrer lors de son voyage en Syrie. Abd-el-Khader était fatigué et vieilli. Lavigerie était le premier prêtre français qui le rencontrait depuis l’atroce tragédie. Aux compliments de Lavigerie, il répondit avec grande simplicité : « J’ai fait mon devoir et je ne mérite pas de louanges pour cela…. » quand Lavigerie part, il veut lui baiser la main mais Abd-el-Khader, refuse parce qu’il voit en Lavigerie un homme de Dieu. Lavigerie est très marqué par ce sage et grand croyant. Chacun voit dans l’autre un homme de Dieu.

article publié en mai 2020 par  Begona Inarra, smnda
Partagez !