Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

« Nous nous sommes éloignés de Dieu » Tierno Bokar, Mali

 Alors qu’Amadou Hampaté Bâ lui demande ce qu’il pensait des luttes
qui étaient ordonnées au nom de la religion, Tierno Bokar répondit :

 

gros nuage « Personnellement, je ne m’enthousiasme que pour la lutte
qui a pour objet de vaincre en nous nos propres défauts.
Cette lutte n’a rien à voir, hélas avec la guerre que se font les fils d’Adam au nom d’un Dieu qu’ils déclarent aimer beaucoup, mais qu’ils aiment mal puisqu’ils détruisent une partie de son œuvre.

En Dieu, frères de toutes les religions,
abaissons les frontières qui nous séparent.
À bas toutes les créations artificielles
qui opposent les humains les uns aux autres !

 
oiseaux dans le ciel Nous nous sommes éloignés de Dieu,
nous nous sommes fourvoyés dans les labyrinthes de notre sinistre édifice bâti de briques du mensonge et du mortier de la calomnie. Vite, sortons des pièces si malencontreusement disposées par notre orgueil et notre égoïsme, par la lassitude de nos mœurs et la dureté de nos cœurs. Volons comme un aigle aux ailes puissantes vers l’union des cœurs, vers la religion qui ne tendra pas à l’exclusion des autres « credo » mais à l’union universelle des croyants libres de leur personne et moralement libérés des appétits de ce monde.

Du haut d’un ciel d’amour, en commun
nous attesterons pieusement l’Unicité de Dieu :
Source de Vie qui répand la lumière et que l’on ne peut enfermer dans une définition humaine.

La Religion,
celle que veut Jésus et qu’aime Mohammed

est celle qui, comme l’air pur, est en contact permanent avec le soleil de Vérité et de Justice, dans l’Amour du Bien et de la Charité pour tous.

ciel bleu et nuages blancs
  Quand donc l’homme comprendra-t-il
que les chevaux de bataille haletants et les armes qui font jaillir un feu de mort et de destruction ne peuvent détruire que l’homme matériel, jamais le principe même du mal qui habite l’esprit méchant dépourvu de charité.
Le mal est comme un souffle mystérieux.
Lorsque l’on tue par la violence ou par les armes un homme animé par le mal, le principe du mal bondit du cadavre qu’il ne peut plus habiter et pénètre dans le meurtrier par ses narines dilatées. Il prend en lui une racine nouvelle et devient plus tenace encore en redoublant de forces. Le mal doit être combattu par les armes du Bien et de l’Amour. Quand c’est l’Amour qui détruit le mal, ce mal est tué pour toujours.
 bout de ciel

La force brutale ne fait qu’enterrer provisoirement le mal qu’elle veut combattre et détruire.
Or le mal est une semence tenace.
Une fois enterrée, elle se développe en secret, germe, réapparaît plus vigoureuse encore ».

Amadou Hampaté Bâ – Vie et enseignement de Tierno Bokar – Le sage de Bandiagara,
Editions du Seuil, Paris, 1980, pp. 158-160

Tierno Bokar, sage malien maître de la confrérie Tidjani, né en 1875 à Ségou et mort en 1940 à Bandiagara. La vie et l’enseignement de celui qu’il appelle le sage de Bandiagara sont rapportés par son disciple Amadou Hampaté Bâ.

 

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *