Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Ne désespérons jamais… Charles de Foucault

Charles de Foucault

 Ne désespérons jamais…

Texte de Charles de Foucault
Photos de Tamanrasset, Algérie

 

 Tamanrasset

Je m’éloignais de plus en plus de vous,
mon Seigneur et ma vie,
… et aussi ma vie commençait à être une mort… 

Et, dans cet état de mort,
vous me conserviez encore…
Vous me faisiez sentir une tristesse profonde,
un vide douloureux,
une tristesse que je n’ai jamais éprouvée qu’alors;…

Elle me revenait chaque soir
lorsque je me retrouvais seul dans mon appartement…
elle me tenait muet et accablé
pendant ce que l’on appelle les fêtes…

Vous me donniez
cette inquiétude vague

d’une conscience mauvaise qui,
tout endormie qu’elle est,
n’est pas tout à fait morte.
Je n’ai jamais senti cette tristesse,
ce malaise, cette inquiétude qu’alors.

Mon Dieu, c’était un don de vous…
Comme j’étais loin de m’en douter!…
Que vous êtes bon!
Comme vous m’avez gardé!
Comme vous me couviez sous vos ailes
lorsque je ne croyais même pas à votre existence!

Tamanrasset
 

Il n’y a pas d’état
si méprisé, si méprisable,

d’où vous ne tiriez les âmes,
non seulement pour les sauver,
mais pour en faire vos favoris,
pour les élever à une grande sainteté…

 

Tamanrasset

Ne désespérons jamais
ni pour nous
ni pour les autres,
ni pour aucun autre,
si perdu de vices qu’il soit,
si éteints que semblent en lui tous les bons sentiments;
ne désespérons jamais,
non seulement du salut
mais encore de la possibilité d’atteindre une admirable sainteté.
Dieu est assez grand pour cela…

Paix et confiance, espérance.
Ne retombez pas sur vous-même,
les misères de notre âme sont une fange
dont il faut s’humilier souvent,
mais sur lesquelles il ne faut pas avoir toujours les yeux fixés.

Tamanrasset
Tamanrasset

Il faut les fixer
aussi et plus
sur le Bien-Aimé,
sur la beauté,
l’amour infini et incréé qui daigne nous aimer…

Quand on aime,
on s’oublie
et on pense à ce qu’on aime.
Ce n’est pas aimer que
penser sans cesse qu’on est indigne d’amour…


Extraits de textes de Charles de Foucault tirés de

La Dernière Place, Nouvelle Cité 1974, pp.101-102   
En vue de Dieu seul, Nouvelle Cité 1999, p.272 
Ouvres spirituelles de Charles de Jésus père de Foucauld, Seuil 1958, p.774

VOIR :  Les Sœurs Blanches en Algérie

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *