Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Le regard d’une étudiante sur son expérience en Afrique

Le regard d’une étudiante sur son expérience en Afrique

Clémentine et Esther sont deux amies qui se sont rencontrées sur les bancs de Bourguiba School, en Tunisie, où elles apprenaient l’arabe. L’une est rwandaise et Sœur Missionnaire de Notre-Dame d’Afrique et l’autre est suisse et étudiante. Esther nous partage ses découvertes du continent africain en répondant aux questions de Clémentine.

Esther, veux-tu bien te présenter s’il te plait?

Danseurs du Burundi

Danseurs du Burundi

 

Je suis une jeune tessinoise; j’ai grandie dans le sud de la Suisse,
proche de la frontière italienne.

J’ai étudié l’ethnologie de l’Afrique Subsaharienne
et la culture et la politique du Monde Arabe.
Ces études m’ont amenée à Bâle (Suisse),
à Bujumbura (Burundi),
à Tunis (Tunisie) et à Durham (Angleterre).
Maintenant je viens de rentrer en Suisse et j’espère d’y rester pour quelques années en travaillant.

 

A quel moment de ta vie as-tu fait connaissance avec l’Afrique? Et Comment?

Je crois qu’au début pour moi « l’Afrique» était le pays des éléphants !
J’étais fascinée par les photos dans un article que j’ai vu chez notre voisine. Les images montraient les éléphants braconnés
et ma voisine m’a expliqué les problèmes liés au braconnage.

Après j’ai grandi et à travers des dizaines de livres,
et une amie qu’avait travaillé en Zimbabwe,
ma curiosité envers l’Afrique a augmenté,
surtout en regardant les personnes qui y vivent.

Donc j’ai étudié l’ethnologie de l’Afrique subsaharienne à Bâle
et j’ai rencontré mes premiers amis africains :
ils venaient de la Côte d’ivoire, du Cameroun, de Éthiopie,
de la Tunisie, de la Tanzanie etc.

AfriqueLa première fois que j’ai mis pied sur le continent africain,
c’était pendant une excursion universitaire au Caire.
Mais tout le monde me disait : « Le Caire, ce n’est pas l’Afrique ».
Et peut-être avaient-ils raison. Mais alors c’est quoi «l’Afrique»?

Je crois que chacun et chacune a une définition différente.
En tout cas, en 2008, j’ai eu l’occasion de faire un stage au Centre Jeunes Kamenge de Bujumbura au Burundi.

 

Afrique
Pour la première fois, j’ai eu la possibilité de m’intégrer,
même si c’était seulement pour quelque mois,
dans une société de l’Afrique.
Avec les jeunes du Centre, j’ai eu la possibilité
d’échanger sur les différentes visions du monde et de la vie.

 

 

As-tu aimé l’Afrique, ses peuples ?
Si oui qu’as tu fait de cet amour et si non pourquoi?

J’ai aimé mes expériences en Afrique, même si des fois elles étaient difficiles. J’ai rencontré des personnes exceptionnelles qui sont toujours mes amis et j’ai eu des difficultés avec d’autres.

J’ai remarqué que les préjugés de ma part et de la part d’autres
à mon égard étaient difficiles à comprendre et à effacer.
En rencontrant toutes ces personnes dans des contextes, pour moi étrangers, j’ai fait beaucoup d’erreurs.

chez le coiffeur

chez le coiffeur

 

Réaliser ces erreurs et en reconnaitre les causes
a été et est toujours un processus difficile
et très personnel qui m’a souvent amené à douter de moi.

Mais chaque difficulté a été une chance pour découvrir quelque chose, pour grandir et continuer un développement personnel qui ne terminera jamais.
C’est pour ça que j’aime les parties de l’Afrique que j’ai vues et les Africains et Africaines que j’ai connus.

Leur générosité et leurs idées m’ont donné la possibilité
de découvrir le monde et d’accueillir toute personne dans ma vie,
en sachant que chaque connaissance est une richesse.

J’ai essayé d’amener cette ouverture et cet enthousiasme
pour l’inconnu et les personnes d’autres cultures en Suisse,
dans ma famille et chez mes amis.
Comme ça, je les ai «africanisé» un peu.

 

Pour toi, c’est quoi l’Afrique? 
Veux-tu formuler un vœu pour ce continent et pour ses peuples?

Je n’ai pas une définition personnelle de l’Afrique mais je doute qu’on puisse parler des «réalités et problèmes africains» comme s’ils étaient les mêmes dans toutes les régions africaines, car ce qu’on appelle «l’Afrique» est un continent immense, hétérogène dans tout ce qu’il implique.

enfant
Mon vœu pour l’Afrique,
c’est le même que mon vœu pour le reste du monde.

Je trouve que sur cette terre, des différents peuples et sociétés,
vivent dans des réalités différentes,
mais ces réalités ont en commun
une élite qui contrôle les ressources matérielles,
sociales et politique
pendant que la majorité de la population est exploitée.

On voit ça très clairement sur le continent africain.
Je souhaite que cette situation puisse changer
en faveur des sociétés civiles et des perspectives meilleures pour le futur des jeunes.

Partagez !