Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Notre Dame de la Garde Notre-Dame d'Afrique Statue

 SEMAINE MISSIONNAIRE A MARSEILLE

21-29 Avril 2010 

La Mission d’une rive à l’autre de la Méditerranée

 

 

 

 

Nous avons choisi de vous raconter en chansons et en images
les étapes marquantes de notre séjour marseillais.

Comme l’année dernière, nous avions mis nos pas
dans ceux de St Paul et du Cardinal Lavigerie à Rome,
cette année, nous avons marché sur le rivage de la Méditerranée,
le regard tourné vers l’Afrique
et les pieds bien ancrés dans la réalité cosmopolite de Marseille.

Nous avons mis nos pas dans ceux des premières Sœurs Blanches
qui s’embarquaient pour l’Algérie puis vers l’intérieur du continent africain,
il y a 140 ans.

 

Assis au bord la mer, nous avons contemplé le coucher du soleil,
et, tandis qu’un bateau partait pour la Tunisie,
et que d’autres arrivaient au port, nous avons chanté :

Par les Cieux devant toi, splendeur et majesté
Par l’infiniment grand, l’infiniment petit,
Et par le firmament, ton manteau étoilé
Et par frère soleil, je veux crier :

Mon Dieu, Tu es grand tu es beau
Dieu vivant, Dieu Très- Haut
Tu es le Dieu d’amour,
Mon Dieu, Tu es grand tu es beau
Dieu vivant, Dieu Très – Haut
Dieu présent, en toute création

 

Ce soir-là, nous avons écouté cette Parole de Dieu :

« Comme Jésus cheminait sur le bord de la mer de Galilée,
il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André son frère,
qui jetaient l’épervier dans la mer ;
car c’étaient des pêcheurs.

Et il leur dit :
« Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.
« 
Eux, aussitôt, laissant les filets, le suivirent.
Et avançant plus loin,
il vit deux autres frères,
Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère,

dans leur barque, avec Zébédée leur père,
en train d’arranger
leurs filets; et il les appela.
Eux, aussitôt, laissant la barque
et leur père, le suivirent. »

Le lendemain, nous sommes montés à Notre-Dame de la Garde.

Et là encore, nous avons contemplé …
Nous avons contemplé la beauté de cette basilique
marquée par le style byzantin,
et reflet de la ferveur des Marseillais.

Mgr Lavigerie, alors évêque de Nancy,
avait participé à sa consécration en 1864.
Devenu archevêque d’Alger,
il consacra le maître-autel de la basilique en 1882.
Lors de ses nombreux passages à Marseille,
il montait à la  » Bonne Mère « .

En 1986, des reliques des martyrs de l’Ouganda
ont été placées dans l’autel-table de la basilique.

Notre-Dame de la Garde, à Marseille,
est située en face de Notre-Dame d’Afrique, à Alger.
Deux basiliques qui se font face d’une rive à l’autre de la Méditerranée,
deux lieux de prière où Chrétiens et Musulmans,
voyageurs et missionnaires viennent déposer
près de Marie leurs demandes, leurs remerciements.

Notre-Dame de la Garde se souvient des milliers de missionnaires qui se sont embarqués à Marseille pour annoncer Jésus-Christ sur les autres continents. La statue de « Véronique » le rappelle.

« Aux missionnaires
partis de ce haut-lieu
pour annoncer la bonne nouvelle
de Jésus-Christ
à nos frères les hommes
du monde entier »

 

Nous avons ensuite visité l’exposition missionnaire, présentée
par les Sœurs Blanches à l’occasion de leur 140ème anniversaire.

Belle présentation, où des objets venant de plusieurs régions d’Afrique,
nous ont permis d’admirer le savoir-faire d’artisans du Burkina Faso, de Tanzanie, du Rwanda…

Cette exposition a été l’occasion de rencontres autour des panneaux
qui présentaient la vie du Cardinal Lavigerie,
le travail
et la vocation des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique.

Le samedi et le dimanche, des jeunes de la paroisse des Chartreux,
nous ont rejoints pour échanger autour de l’Afrique, apprendre des chants en swahili et préparer la messe du dimanche.

A l’occasion des 140 ans des Sœurs Blanches,
l’Eucharistie dominicale a rassemblé les paroissiens des Chartreux,
la communauté des sœurs, des amis et notre groupe. 

 

Karibuni wote
Karibuni ndugu ee
Ingieni kwa furaha kubwa
nyumbani kwa Babetu
Bienvenue à tous
bienvenue mes frères
entrez avec une grande joie
dans la maison de notre Père

 

Ensemble, nous avons prié :

Alors que nous célébrons aujourd’hui les liens d’amitié
qui unissent les Sœurs Blanches et la paroisse des Chartreux,
nous te rendons grâce Seigneur pour tant de petits gestes, d’entraides,
de relations,
de visites… vécus entre nous.
Ouvre-nos yeux Seigneur pour apprendre
à
te reconnaître dans le quotidien de nos vies.

La congrégation des Sœurs Blanches est née en Algérie.
Le Cardinal Lavigerie a donné à nos premières sœurs
un habit blanc proche de
celui des femmes arabes,
pour que nous puissions nous faire « tout à tous ».

Nous te prions Seigneur pour que, nous tous,
Sœurs Blanches et
Chrétiens de Marseille,
puissions devenir toujours davantage
des artisans de paix
entre les différentes confessions religieuses.

C’est à partir du port de Marseille que le 12 juin 1894,
5 sœurs( 2 Allemandes, 2 Françaises et une Néerlandaise)
s’embarquaient pour l’Afrique équatoriale.
Après un voyage de 4 mois et 18 jours,
elles arrivèrent à destination, dans la Tanzanie actuelle.
En cette journée mondiale des vocations,
nous te demandons Seigneur d’appeler de
nombreux jeunes de tous pays
à devenir missionnaires en Afrique,
car des millions d’Africains n’ont pas encore entendu le nom de Jésus.

 

Après la messe, nous avons pris le repas
avec des laïcs du «groupe Lavigerie»
qui vivent de la spiritualité du Cardinal Lavigerie.
Riches échanges où chacun a partagé, dans la simplicité,
ses différents engagements professionnels, sociaux et ecclésiaux.
Quelle densité !

Nous avions demandé à nos sœurs Marguerite-Marie et Celina
de nous partager quelques trésors de leur mission
d’une rive à l’autre de la Méditerranée.
Le public était au rendez-vous pour les écouter parler
de leur vie en Algérie et à Marseille pour Marguerite-Marie
et en Tanzanie pour Celina.

Lundi, nous nous sommes rendus dans une cité
du Nord de Marseille,
où vit une communauté de Pères Blancs.
Les Pères Etienne Renaud et Gérard Demeersman
nous ont partagé leurs expériences du dialogue islamo-chrétien et de la pastorale des migrants.

Être des ponts entre les cultures, entre les personnes de différentes religions, permettre à l’Église de rester catholique, c’est-à-dire, ouverte à tous, telle est l’invitation qui nous est lancée et ce, quel que soit le milieu où nous vivons.

Nous avons eu la joie de célébrer l’Eucharistie
dans le petit local réservé à la communauté catholique,
pour mieux sentir ce que pouvait vivre la dizaine de chrétiens
qui s’y réunit toutes les semaines pour prier.

 

« Emmène – moi sur ton bateau !
Je voudrais partir avec toi !
Emmène – moi sur ton bateau !
Oui, Jésus, j’embarque avec toi. »

Ce refrain, «Emmène-moi sur ton bateau»,
pourrait-il résumer ce que sœurs Marguerite et Huguette
nous ont témoigné de leur engagement à la suite du Christ,
et de leur insertion en Tunisie et au Burkina Faso ?

A l’écoute des besoins des gens, elles ont su innover
en fondant une bibliothèque pour des étudiantes
et un centre pour les handicapés physiques.

Un après-midi intergénérationnel
où les témoignages des anciennes questionnent les plus jeunes,
et l’élan de vie de notre groupe réjouit les aînées !

Il n’a pas dit que tu coulerais,
Il n’a pas dit que tu sombrerais,
Il a dit: Allons de l’autre bord.

Si la mer se déchaîne,
Si le vent souffle fort,
Si la barque t’entraîne
N’aie pas peur de la mort (bis)

 

Le 28 avril, des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique,
venant de plusieurs pays européens se sont retrouvées avec leurs amis, notre groupe, des Pères Blancs et l’évêque de Marseille pour célébrer les 140 ans de la congrégation des Sœurs Blanches.

A cette occasion, un ex-voto a été placé dans la basilique de Notre-Dame de la Garde.

Merci à nos sœurs de Marseille qui nous ont permis de vivre
cette belle semaine de découverte missionnaire.

 

Bon vent à chacun des participants !

Prends ta barque, Dieu t’appelle
A passer sur d’autres rives
Prends ta barque, et puis va
Où l’Esprit te conduit

Partagez !