Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Càrol est entrée dans notre Congrégation en 2001. Pour des raisons de santé, elle n’a pas pu continuer la formation. Le 18 février 2012 cependant, elle a fait son engagement missionnaire comme membre associé et reçu notre croix, symbole qui nous unit, où que nous soyons.
C’est le 24 septembre 2021, qu’elle a fait ses promesses religieuses définitives devant Sr Carmen Sammut, Supérieure générale, et a reçu l’alliance. Elle a été envoyée à Almacelles, son village d’origine, où elle poursuit un travail pastoral dans le cadre de ses possibilités. Sa communauté de référence est Madrid Cabanillas.

Càrol a fait ses promesses religieuses
définitives SMNDA et a reçu l’alliance.

 

Chères sœurs,
Quel bonheur de pouvoir partager à chacune d’entre vous la joie qui m’habite !
Deux raisons essentielles ont fait que vous ai choisies, quand j’ai senti que le Seigneur m’appelait à me donner à Lui à la fin des années 1990, pour devenir l’une d’entre vous, Sœurs
Missionnaires de Notre Dame d’Afrique : la première était que vous viviez dans des communautés internationales et la seconde que vous travailliez, avec une grande passion, pour le dialogue interreligieux.
LIRE LA SUITE

Elles étaient 23 demandeuses d’asile suivies par les Champs de Booz  à se rendre ce 14 novembre à une invitation de la paroisse St Jean Bosco de Paris pour la  journée de la fraternité

 

Une journée qui a été ponctuée de moments forts comme ceux des deux témoignages. Celui de cette journaliste, militant pour le droit des femmes en Afghanistan et qui continue en France le même rêve, celui de donner la voix aux femmes de son pays. Témoignage de cette guide touristique, qui n’a pas seulement fui la Syrie mais ne voit plus grandir ses petits-enfants dispersés dans d’autres pays. Grâce à un paroissien de St Jean Bosco, elle a monté avec succès une restauration de plats syriens.
LIRE LA SUITE

 

 

 

 

 Les migrants sont nombreux à être victimes d’un manque d’humanité…. Tous, nous sommes témoins de leur refoulement à la frontière entre Biélorussie et Pologne…

« Vous n’êtes pas sans ignorer que depuis le 11 octobre, le père Philippe Demeestère, jésuite et aumônier du Secours catholique, et deux militants associatifs, Anaïs Vogel et Ludovic Holbein, ont cessé de s’alimenter pour informer et dénoncer les conditions faites aux migrants de Calais et Briançon.
Ce qu’ils réclament, c’est le respect de la trêve hivernale, pendant cette période :
– Que les tentes arrachées par les forces de l’ordre ne soient pas lacérées
– Que leurs effets personnels ne soient pas volés
– Qu’ils reçoivent de la nourriture et de l’eau… » 
Extrait d’une lettre du CCFD-Terre Solidaire de Reims 

En cette journée mondiale des pauvres,
les migrants nous lancent un appel à ne pas les ignorer !

Mère Marie Salomé portée
par Sr Danielle Burthier
le 15 août 2021

 

La spiritualité bretonne a vénéré au cours des siècles des personnalités bretonnes ayant eu une vie exemplaire d’un point de vue chrétien. Peu d’entre elles ont été reconnues saintes par la procédure de canonisation de l’Église, mais elles ont été désignées par le peuple, leur existence même n’étant pas toujours historiquement attestée. 

A partir de 2021 une autre statuette s’est ajoutée à cette démonstration d’ancienne spiritualité populaire, celle de Mère Marie Salomé, qui a été portée en pèlerinage par Danielle Burthier et 3 laïcs de la famille Lavigerie.

LIRE PLUS

Lors la journée de prière pour les personnes mortes dans leur route de migration, la communauté de Karlsruhe a fait une exposition publique qui était une “ligne de sauvetage” avec des affiches disant ce qu’ils voulaient exprimer concernant les politiques actuelles pour les réfugiés et les migrants et ont fait une déclaration publique dans ce sens.  Les membres de la communauté ont joué des tambours et de la musique africaine pour attirer les passants. LIRE PLUS

La communauté de Karlsruhe avec la « ligne de sauvetage ».

L’étape du juniorat est avant tout un temps pour approfondir la vie spirituelle, un temps pour permettre à chaque sœur de recevoir de Dieu la grâce

  • De grandir dans la liberté pour s’engager totalement au service du Seigneur et de sa mission
  • D’être confirmée dans sa vocation, c’est-à-dire dans l’appel à suivre le Christ dans la vie religieuse missionnaire, comme manière de vivre la vie évangélique. La confirmation intérieure de l’Esprit Saint et la confirmation extérieure des Supérieures qui décident de l’admission aux vœux perpétuels permettent à la sœur de s’engager librement et définitivement dans la Congrégation.
  • Nous vous rejoignons, chères junioristes !

 Quelle année extraordinaire ! En 2021, 8 sœurs ont fait leur engagement définitif.

Srs Linah et Magda envoyées en Ouganda pour être proches des migrants nous partagent les joies de leur jardinage.

Dans notre nouvelle communauté SMNDA au village de Bacere, en Ouganda, nous cultivons des légumes dans notre jardin arrière, afin de respecter l’environnement et vivre une vie plus saine. Nous cultivons du maïs, des arachides, okra, sukuma wiki, choux chinois, épinards, concombres, osobi, haricots, aubergines, poivrons vert, oignons de printemps, menthe, lengalenga, pommes de terre douces, pommes de terre irlandaises et yams. Notre jardin potager nous permet d’essayer de nouvelles recettes avec ces légumes, tout en ayant un impact environnemental positif. Nous recyclons les déchets de la cuisine et de la cour pour faire du compost pour le jardin, un engrais naturel pour nos plantes pendant que nous réduisons les déchets.

Dans notre situation, travailler dans un jardin est un exercice relaxant qui soulage le stress, et qui est bon pour la santé mentale. Nous aimons voir le changement du sol, de « nu » à « vert » avec les plantes et leurs fruits et cela nous sauve du temps car le marché est à 10 km. Nous occuper des plantes nous donne la chance de travailler ensemble comme communauté, partageant les dons de chacune et cela nous offre une opportunité pour nous socialiser avec nos voisins qui passent par là. Ils s’arrêtent pour nous saluer en  « madi », la langue locale et nous demander ce que nous faisons.

Une demandeuse d’asile accompagnée par une smnda

Cette année, le thème de la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié est : « Un ‘’nous’’ toujours plus grand ». C’est une invitation adressée à tous, afin que nous nous engagions à restaurer notre famille humaine.

Extrait de Fratelli Tutti :

Après la crise sanitaire, la pire réaction serait de nous enfoncer davantage dans une fièvre consumériste et dans de nouvelles formes d’auto-préservation égoïste. Plaise au Ciel qu’en fin de compte il n’y ait pas ‘‘les autres’’, mais plutôt un ‘‘nous’’ ! (Ft 35)

Prière :

Dieu de la famille humaine, toi qui as créé tous les êtres humains avec la même dignité. Nous sommes tous sœurs et frères, tes enfants bien-aimés.

Envoie ton Esprit sur nous afin que nous fassions disparaitre les murs de division, de pauvreté, d’indifférence et d’exclusion. Aide-nous à être des bâtisseurs de ponts qui pratiquent la rencontre interculturelle et interreligieuse.