Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

« Il n’est pas facile d’entrer dans la culture des autres, de se mettre à la place de personnes si différentes de nous, de comprendre leurs pensées et leurs expériences. 

Les communautés locales ont parfois peur que les nouveaux arrivés perturbent l’ordre établi, “ volent ” quelque chose de ce que l’on a construit péniblement.
Les nouveaux arrivés aussi ont des peurs : ils craignent la confrontation, le jugement, la discrimination, l’échec.

Ces peurs sont légitimes, elles se fondent sur des doutes parfaitement compréhensibles d’un point de vue humain. Ce n’est pas un péché d’avoir des doutes et des craintes. Le péché, c’est de laisser ces peurs déterminer nos réponses, conditionner nos choix, compromettre le respect et la générosité, alimenter la haine et le refus. Le péché, c’est de renoncer à la rencontre avec l’autre, avec celui qui est différent, alors que cela constitue, de fait, une occasion privilégiée de rencontre avec le Seigneur ».

Des ateliers divers permettent aux femmes de s’intégrer peu à peu à la vie en France et de mettre en valeur leurs talents.

L’association Les Champs de Booz a été créée en 2003 pour venir en aide aux femmes seules, demandeuses d’asile, en cours de régularisation et d’insertion.

site internet : champsdebooz.fr

Nicole, une des bénévoles, est Sœur Missionnaire de Notre Dame d’Afrique.
Beau signe pour elle : Une infirmière après avoir échappé à la mort dans son pays, a eu la protection de la France et  encourage maintenant les autres femmes à garder confiance !  

MIGRANTS DE LA PROMESSE
(Composition  Léandre Boldrini)

Et du Sud et du Nord
Tant de frères en partance
Etranges étrangers en quête d’avenir
Et nous, peuples migrants
Aux chemins incertains
Vivons le don d’accueil
En fils d’un Dieu nomade.

 

 
 

Le changement climatique est un des grands défis de notre monde actuel.

Comme êtres humains et comme SMNDA envoyées pour que « tous aient la vie et la vie en abondance » (Jean 10,10) nous avons à y répondre selon l’esprit de l’Évangile et de notre charisme.

LIRE PLUS

 

Une belle invitation
à célébrer avec nous

nos 150 ans !

 

LIRE PLUS

 Finalement, je réalise de plus en plus que :

Tout est grâce ! C’est beau de vivre avec Jésus et en fraternité avec les autres.

L’avenir est toujours devant à construire !

 

LIRE PLUS

Grâce aux gens avec qui je vis, j’ai appris à remercier dans les moments où je ne voyais pas le besoin de le faire.

Cela a ouvert mon cœur et mes yeux à la grandeur et à la bonté de notre Dieu.

Aujourd’hui je dis avec les Baganda :

« Seigneur, merci d’être devenu un d’entre nous, merci d’être né, merci d’être là ! »

LIRE PLUS

 

Tronc d’arbre sculpté par Sr Magali

 

 

 

 

La crèche, elle est aussi dans la rue,
condition que l’Emmanuel a partagée.

Les personnes rencontrées nous renvoient ce visage de l’Amour qui se donne en cadeau.

Sachons rendre grâces en vivant la fraternité.

 

 

 

La traite des êtres humains regroupe plusieurs formes d’exploitations des êtres humains,
les plus courantes étant
la prostitution,
l’esclavage et le travail forcé
mais on peut aussi y inclure – entre autres –
le prélèvement d’organes  
ou la mendicité forcée.

LIRE PLUS

 
 
Si l’accueil des « autres différents » ne s’est jamais fait sans difficulté,

le constat historique prouve qu’après une période d’adaptation,

la migration a toujours apporté des bénéfices,
tant aux sociétés qui accueillent
qu’aux personnes qui ont migré.

LIRE PLUS

 

Qu’est-ce qui vous a amené à vous impliquer dans le dialogue interreligieux ? D’où vient votre intérêt pour l’autre, le différent ?

P.P. -L’autre différent, quand j’avais 6 ans, c’était pour nous,  les protestants qui avaient leur église au  bout du terrain de mon grand-père à Cacouna dans le Bas St-Laurent. L’été, on les entendait chanter leurs hymnes en anglais et ma mère attirait notre attention sur le cantique  Plus près de toi mon Dieu = Nearer my God to Thee

LIRE PLUS