A l’entrée du Vatican, le pape François a fait exposer sur la croix un gilet de sauvetage ayant appartenu à un migrant disparu en Méditerranée, en juillet dernier.  Il nous livre sa réflexion :

“Comment pouvons-nous ignorer le cri désespéré de tant de frères et sœurs qui préfèrent affronter une tempête en mer plutôt que mourir lentement dans les camps de détention libyens, lieux de torture et d’esclavage ignobles ?

Comment pouvons-nous “passer outre”, comme le prêtre et le lévite de la parabole du Bon Samaritain (cf. Lc 10,31-32), en nous rendant ainsi responsables de leur mort ? Notre paresse est un péché !”

Partagez !