Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Avec eux… « main dans la main »

« Éducatrice de Jeunes Enfants » de formation, et aujourd’hui à la retraite, Sr Huguette Régennass a souhaité continuer à vivre cette passion pour le monde des tout-petits, en faisant du bénévolat auprès d’enfants hospitalisés.

« C’est ainsi que je me suis engagée dans une association « main dans la main » qui s’est fixée pour mission d’améliorer au sein de l’hôpital, la qualité de vie de l’enfant et de sa famille, en étroite collaboration avec le personnel médical et soignant.

            En réalité, notre mission peut s’exercer de multiples façons, qui ne passent pas toujours par la parole. Parfois, ce peut être simplement par un regard compatissant vers celui qui est dans l’angoisse, un sourire, une main tendue. Souvent, c’est en écoutant l’inquiétude des familles, que nous les aidons à mieux vivre le stress de l’attente, ou toute autre situation difficile à laquelle elles sont confrontées.

Certes, notre bénévolat s’adapte aux différents besoins de l’hôpital :

  • En consultation: l’enfant et sa famille doivent parfois attendre leur tour pendant un long moment.  Il s’agit alors de les aider à s’occuper durant ce délai, pour qu’il soit le moins ennuyeux possible.
  • En hospitalisation de jour: ils arrivent le matin et repartent le soir-même, après une intervention. Là encore, nous sommes auprès d’eux pour vivre les « temps creux » de la journée d’une façon ludique, afin qu’ils les supportent plus facilement.
  • En hospitalisation classique: les petits malades jouent dans leur chambre, ou dans des salles de jeux. Dans ce contexte, beaucoup de situations différentes peuvent se présenter, mais notre objectif est toujours de répondre à leurs attentes et à celles de leurs familles.
  • En service de réanimation: ce sont d’abord les parents qui demandent une attention particulière. Là, notre rôle est surtout d’être présents à ceux qui ont besoin d’un soutien moral, d’une écoute.

Aborder l’enfant et sa famille, nécessite de clarifier la notion d’accompagnement. Cela ne signifie pas « se mettre à leur place » mais «être à leurs côtés» lors de ce moment particulier, court ou long, que représente la maladie.

Ce qui personnellement me fascine, ce sont les multiples façons que l’on a de communiquer. Bien sûr, on le fait essentiellement avec les mots, mais souvent aussi de manière non verbale, par le regard, l’expression du visage, et toute l’attitude du corps.

À ce propos, j’aimerais ici partager l’une des plus grandes joies que j’ai connue à l’hôpital : Sébastien (le prénom a été changé) est un enfant qui mesure environ 50 cm. Il ne parle pas, ne mange pas, et a pour seul horizon la coquille gonflable dans laquelle il reste couché depuis 7 ans…   Il bouge seulement ses mains et ses pieds, gros comme ceux d’un enfant de 4 mois. Sur son visage, nulle manifestation de joie ou de colère. Il ne réagit à aucune de nos sollicitations. Il est là et c’est tout… Pourtant, je le trouvais tellement beau ! À chacune de mes visites, j’essayais d’entrer en communication avec lui. Et voilà qu’un jour, alors que je lui chantais une comptine, tout en jouant avec ses petites mains, ses yeux se mirent à briller et j’ai pu lire sur ses lèvres, un sourire que je n’oublierai jamais… Je venais de remporter une incroyable victoire…

Oui, pour être bénévole, il faut avant tout   aimer. Le chant, la musique, le dessin, les contes, les jeux, l’écoute, la tendresse… autant de talents mis bout à bout, pour rendre plus légère la vie des enfants malades, pour créer un dialogue, pour susciter l’imaginaire. C’est un partage émouvant où chacun réagit avec sa sensibilité. Garder son âme d’enfant, dans un monde souvent désenchanté, c’est là le secret de notre joie et de notre bonheur. »              

Huguette Régennass
Soeur Missionnaire de Notre Dame d’Afrique

 

Partagez !