Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Comment plaire au mieux à Dieu ? – Un témoignage missionnaire

Sœur Celina Natanek est une Sœur Missionnaire de Notre-Dame d’Afrique qui vient de Pologne. Depuis quelques années, elle travaille en Mauritanie, en Afrique de l’Ouest. Elle nous fait part de sa vocation et de son travail missionnaire auprès des Mauritaniens.

Comment avez-vous découvert votre vocation ?

La vocation à la vie religieuse et missionnaire a grandi en moi depuis l’enfance. La messe, les réunions, la prière à la maison et la nature m’ont parlé de Dieu, éveillé des questions sur le sens de la vie et de la mort, et le désir de Dieu d’aimer et d’être aimé.

Dans l’Église, par la lecture et la rencontre avec les missionnaires, en particulier lors des pèlerinages, j’ai appris à connaître différentes formes de vocation, y compris la vocation missionnaire.

Après avoir terminé l’école primaire, j’ai fait pour la première fois une retraite de quelques jours chez des Sœurs à Cracovie. Là, le désir s’est renforcé, celui d’être proche de Dieu et de chercher en Lui le sens de ma vie. En même temps, j’ai compris intérieurement que ce n’était pas la congrégation que Dieu avait préparée pour moi.

Final vows Celina

Puis il y a eu le lycée et avec lui sont nées de nouvelles amitiés et le désir d’être une épouse et une mère. La tension intérieure a duré plusieurs années. La prière, la lecture et les amis m’ont aidée. Je priais, je lisais des bulletins missionnaires et des témoignages de missionnaires.

Enfin, je suis allée voir Notre Dame à Częstochowa, lui demandant la grâce d’une compréhension intérieure de la manière dont je pourrais le mieux plaire à Dieu. Je n’ai pas attendu longtemps pour obtenir une réponse, car c’est là que j’ai rencontré les Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique. La vie quotidienne dans la communauté internationale et ensuite le voyage en Afrique ont confirmé ma décision dans la paix et la joie intérieures. Dans chaque nouveau lieu, à chaque nouvelle étape de ma vie, je les découvre à nouveau, je me fortifie en elles, je découvre ce que Dieu m’invite à faire chaque jour. Car là où est mon trésor, là est mon cœur (Mt 6, 21). Ces paroles me rappellent que je dois demeurer dans l’amour de Dieu pour moi (Jn 15,10), que je découvre constamment en Jésus-Christ, dans une relation intime avec Lui.

Depuis quelques années, vous travaillez en Mauritanie. Qu’est-ce qui vous a fascinée dans la culture locale, les gens, et quel était le défi ?

Je découvre constamment la culture de ces gens. Plus je comprends leurs habitudes, plus je me sens liée à eux. Je dis cela parce qu’il y a cinq groupes ethniques en Mauritanie : les Bidan (descendants des Arabes et des Berbères), les Haratin (descendants des anciens esclaves), les Pulaar, les Wolof, les Soninkés. Leurs traditions sont très différentes et très riches.Mauritanian tea

Voir des gens prier dans la rue, dans les magasins, au travail, à la maison, à la mosquée, au bord de la route m’a surprise. Mais cela me rappelle aussi que je vis en Dieu, que Dieu est le Créateur et que tout vient de Lui et va à Lui. C’est un rappel quotidien que ma vie est un don de Dieu ; que je vis, que je bouge et que je suis en Lui. La Mauritanie est une République islamique et la religion officielle du pays est l’Islam.

Ce qui est commun à toute la Mauritanie, c’est sa religion et son hospitalité, sa solidarité et sa générosité dans le besoin. La cérémonie de l’infusion du thé m’a fascinée dès le début. C’est du temps passé avec une autre personne, sans se presser. Le rituel même de la préparation du thé est magnifique.

Un des défis, c’est l’absence d’une politique de nettoyage des villes et des villages, par manque de connaissance du tri des déchets et de la nécessité de l’élimination des ordures. Par conséquent, les ordures sont partout. Former une société et enseigner aux gens de nouveaux comportements prend du temps.

Un autre défi est le fait que les connaissances sont fort importantes, tout dépend donc de qui est au bureau.

Quel est le visage de l’Église en Mauritanie ?

10537325 888848744463194 2098139361645594529 nL’Église en Mauritanie est une petite communauté internationale. C’est l'”Église-Famille”, comme aime à le dire notre évêque Martin Happe.La communauté des fidèles de Nouakchott comptait récemment 47 nationalités. Il s’agit de diplomates, d’employés de diverses organisations, de demandeurs d’emploi, de travailleurs, de réfugiés et de familles qui sont venus à l’invitation du premier gouvernement mauritanien pour aider à construire les structures de l’État alors encore jeune. Notre communauté est très vivante, dynamique et engagée. Les fidèles appartiennent à de nombreux groupes de prière et de service et s’engagent volontiers dans la liturgie, la préparation des messes et des services.l y a deux paroisses, une à Nouadhibou et une autre à Nouakchott, comptant chacune environ 600 fidèles. À Rosso, Atar, Kaidi et Tufunde, il y a des communautés de sœurs et de prêtres. L’Église en tant qu’institution n’est reconnue par l’État que depuis un an. Mais dès le début, elle a été bien perçue et acceptée grâce au témoignage et au travail des sœurs, des prêtres et des fidèles.

Qu’avez-vous appris de votre mission ?

Celina in the center with children

J’apprends constamment. Au début de mon aventure missionnaire, j’ai réalisé que Dieu était là avant moi, que l’Esprit Saint agit dans les gens.

Dans ma première communauté, j’ai appris qu’il n’y a pas de pauvres, mais des gens dans le besoin. C’est ce que m’ont appris mes frères lépreux dans les rues d’Arusha, en Tanzanie, en disant “Ma sœur, il n’y a personne de si pauvre qu’il n’aurait rien à donner, car tout le monde a un coeur.”

J’ai également appris que notre vocation c’est favoriser la vie. La valeur de notre vie n’est pas la quantité de travail accompli, les titres ou les succès, les réalisations ou les objectifs atteints, mais le fait d’être pour Dieu et pour une autre personne, d’être humain, de devenir humain et d’être reconnaissant pour le don de la vie elle-même. Les enfants et les personnes qui manquent souvent de choses essentielles me le rappellent souvent.

Une autre chose que j’ai apprise est que, comme le disait notre fondateur, le cardinal Charles Lavigerie, un missionnaire est un bâtisseur de fondations qui ne sont pas visibles. Le missionnaire initie le travail; la construction et la finition sont de la responsabilité des habitants.

La vocation missionnaire est belle et exigeante.

Que pouvons-nous vous souhaiter ?

D’être sainte, c’est-à-dire de m’abandonner complètement au Seigneur Dieu, d’être un pont pour les gens en route vers Lui (ma prière et mon désir depuis le temps des vœux religieux), de diminuer afin qu’Il puisse grandir en moi.

Interviewée par Sr Anna Wójcik

Partagez !