Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Les vœux de Sr Vicky depuis un village malien

Sr Vicky Munyerenkana Chiharhula, depuis un village du Mali où elle se trouve actuellement, pour l’apprentissage de la langue bambara  envoie ses vœux de Noël et de nouvelle année. Les illustrations sont  des sculptures et réalisations de Sr Magali Thomasset.

Chers amis et amies,

Nous voici à Noël, cette fête ancienne et pourtant toujours nouvelle… De notre Mali éprouvé, je voudrais vous présenter mes vœux les meilleurs à partir de mon village adoptif nouvellement découvert lors d’un séjour d’apprentissage de la langue Bambara.

Dans mon village, presque tout est pure nature car pas trop souillé par la tyrannie du profit et de l’indifférence. Nous sommes en octobre, mois de la récolte de l’arachide, du mil, du sorgho, du sésame, du coton et bien d’autres cultures.  Tous sont concernés et tous s’organisent pour accélérer le travail.

Deux fois par semaine, c’est le « cibo », le travail communautaire dans les champs des uns et des autres. Les femmes du village se rassemblent dans un champ pour accélérer le ramassage du grain. J’ai eu un grand plaisir à aller avec elles, non seulement parce que c’était une occasion unique de sortir le peu de Bambara que je connais, mais surtout parce que là je rencontrais les femmes et m’émerveillais de leur grande force intérieure et de leur résilience. Je ne comprenais pas tout, mais je jouissais de voir ces visages labourés par le soleil et le travail dur de chaque jour, ces visages le plus souvent courbés … oui, je jouissais de voir ces visages radieux, riant aux éclats par moment, se moquant gentiment de mon accent ou de ma parole maladroite quand je voulais participer à la conversation. Oui, on s’amusait souvent en travaillant…

Ces femmes qui, après une journée de dur labeur, se ruent sur la petite brousse desséchée, pour ramasser des branches maigrichonnes qui serviront de bois de chauffage pour préparer le repas du soir. Bébé au dos, fagot de bois sur la tête et tenant la main de l’enfant plus grand, elles retournent au village, heureuses de la lourde journée vécue dans la joie…

Rentrées à la maison et débarrassées de leur charge, sans une seconde de repos et sans gémissement, elles se précipitent au puits pour tirer l’eau de cuisson et des douches vespérales de toute la famille. Sortent ensuite mortiers, pillons et pierres à moudre pour apprêter les ingrédients du repas du soir. C’est un concert harmonieux à travers le village. Les bêtes rentrent à grand bruit car les bœufs se font concurrence pour savoir qui d’entre eux a voix la plus belle et la plus forte ! Les ânes se mêlent au concert ainsi que les chèvres et les moutons. Pendant ce temps, j’ai dans mes bras la petite Catherine de 6 mois, toute paisible et souriante ! Soudain une voix s’élève :

« Ma sœur c’est l’heure, va prier pour nous« , me lance la grand-mère assise sur son trône de commandement ! Aussitôt elle m’arrache la petite et moi, toute joyeuse je m’en vais dans les champs déserts aux alentours du village pour la prière du soir. A l’horizon, le soleil est déjà revêtu de son manteau doré et trône au sommet des majestueux rôniers qui surplombent le village. Les toits de chaume (des cases et des greniers) apparaissent dans ce décor, le tout donnant une de ces rares cartes postales qu’on ne voit plus si souvent ! Je savoure cette paix sans pareille, baignée du ciel doré…

Hélas, ma sœur, maîtresse de maison, n’a jamais le plaisir de contempler ce complexe féerique. Elle est courbée sur sa marmite bouillante pour que nous ayons à manger à temps. Je fais un tour dans les champs somnolents et reste en extase devant une telle merveille. La nuit tombée, le ciel parait ‘un manteau d’étoiles, un silence plein de douce présence couvre toutes choses.  

Par les cieux devant toi, splendeur et majesté, … Mon Dieu, tu es grand tu es beau !

Autour du feu, les grands parents récitent des contes aux petits-enfants, devinettes et proverbes fusent de tous côtés. Mon dos craque des courbatures de la journée champêtre, mais mon cœur est en extase devant tout ce que j’ai vu et de ce que j’entends. … Mon Dieu, tu es grand tu es beau !

C’est Noël !

Puisse le Prince de la Paix donner cette paix plein de sa présence à notre monde agité, à ce beau Mali dans la tourmente !

Puisse-t-il l’étendre au monde entier pour que nulle part on ne parle de mort et de viol en cette saison sainte ! Emmanuel, viens, règne dans nos cœurs !

Bonne fête de Noël à vous tous ! Heureuse année 2020 à tous ceux qui vous sont chers !

Vicky Munyerenkana Chiharhula

Partagez !