Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Voeux perpétuels de Sabine Dakouo

à Kalabankoura le 2 janvier 2010

Mobilisation générale à l’annonce des vœux définitifs de Sabine !

Le curé de la paroisse Ste Monique de Kalabankoura, ( à la périphérie de Bamako ) a mobilisé les membres des comités paroissiaux pour organiser les préparatifs de ce jour. Les femmes se sont occupées de faire le repas ; les hommes ont apporté les bâches et les chaises ; les jeunes se sont mobilisés pour la propreté du lieu de culte et pour la décoration ; la chorale a pris trois jours par semaine pour la répétition des chants ; les enfants de chœur, eux aussi, se sont sentis concernés. C’était très beau de voir la collaboration qui régnait. Les musulmans, eux aussi, se sont joints à nous et ont bien collaboré. Nous leur disons merci.

« IL FAISAIT ROUTE AVEC EUX » Luc 24,15
était le thème central choisi par Sabine
pour la célébration de son engagement définitif.

Voilà que l’année 2010 s’ouvre par un événement marquant dans l’histoire du Mali et de son Eglise. Dieu nous donne, comme cadeau merveilleux, disait Mgr Jean Zerbo, Sabine Dakouo, première sœur malienne Missionnaire de Notre-Dame d’Afrique.
Elle s’engage définitivement pour le règne de Dieu et le salut de ses frères et sœurs, en ce moment où le pays célèbre ses 50 ans d’indépendance et les 50 ans de la « Caritas Mali » qui est au service de la solidarité et du développement.

Sabine, merci pour le chemin de confiance, d’amour et d’abandon que tu nous montres.
La congrégation était bien représentée par un nombre important de sœurs, de novices et de postulantes, de 10 nationalités, à savoir: l’Allemagne, l’Italie, la France, l’Espagne, le Tchad, le Ghana, le Burkina, le Mali, la Tanzanie et le Burundi.

Après la procession d’entrée, accompagnée de chants et de tambours, l’archevêque a donné un cierge allumé à Sabine, signe du mystère pascal du Christ, mort et ressuscité en elle lors de son baptême.

Dans la culture Bo, le tambour n’est pas seulement un instrument
de rassemblement. Il annonce aussi la bonne nouvelle.
Le youyou exprime la joie; c’est pourquoi Sabine, en apportant la Parole de Dieu, était accompagnée par le tambourinaire et par les youyou.

Comme première lecture, elle a choisi Rm 8,31-35 et 38-39 et comme Evangile,
Lc 24,13-35. Avant de s’engager définitivement, sœur Béatrice Miburo, régionale d’Afrique Occidentale, a posé plusieurs questions à Sabine qui a répondu, avec conviction : « oui je le veux » et l’assemblée l’a acclamée avec beaucoup de joie. Elle a ensuite prononcé ses vœux définitifs et a reçu l’anneau, signe de son engagement et de sa fidélité au Seigneur pour le service de son règne en Afrique.
A ce moment-ci, la famille, avec le griot, lui a apporté une calebasse, une corbeille et un mortier. Ce sont des instruments de travail qui accompagnent la femme Bo donnée définitivement dans le mariage.
   

Voici les symboles qui ont été offerts:

-Les portraits du Cardinal Lavigerie et de Mère Marie Salomé
-L’Afrique avec la croix
– L’image des disciples d’Emmaüs. Par ce symbole, Sabine rend grâce au Seigneur pour le chemin parcouru avec Lui et elle Lui offre ce qui reste encore à faire ensemble sur terre.
– Notre Dame d’Afrique
– Le pélican,
-La corbeille de céréales variées représentant, non seulement le labeur des hommes, mais aussi nos communautés internationales. Nous venons de différents pays et le Christ nous rassemble dans une communauté pour témoigner de son amour sans frontière.
-La calebasse: C’est un instrument autrefois très utilisé par la femme Bo. Sabine veut être comme la calebasse, un instrument utile et disponible entre les mains du Seigneur.
-La carte du Tchad représentant son nouveau pays de mission.
-Le pain et le vin.

Merci à toi Sabine de nous avoir rassemblés
pour célébrer l’amour de Dieu dans ta vie.
Merci à tes parents qui t’ont offerte avec joie et avec générosité.

Marie Ange NDAYISHIMIYE

Voir aussi son témoignage quand Sabine était à Congo

Partagez !