Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Témoignage de Sœur Marguerite Tortel

Au fil des années passées en Afrique,
des liens solides d’amitié
se tissent entre nous et les peuples qui nous accueillent.

C’est ce qu’a vécu sœur Marguerite Tortel
durant ses 39 ans de présence à Oran, en Algérie.

 Une de ses amies, Hafida, lui a offert ces deux poèmes.
 Ils expriment les liens tissés dans la gratuité entre ces deux femmes.

Témoignage réciproque
des richesses portées par chacune et découvertes
grâce à l’attention bienveillante de l’une vis-à-vis de l’autre,
dans le respect des différences.

A sœur Marguerite TortelA toutes mes amies de La bibliothèque des Sœurs BlanchesOran

 

 

 

 

 

 

 

Ikebana et bocage

Bouquets de fleurs sans emballage,
Rangés en un charmant paysage.
Je me dirige vers ce lieu comme au pèlerinage :                     
Square Cayla, sœurs blanches,
Telles des oiseaux sur la branche,
Perchées au premier étage
Au bonheur de tous les âges.
Je retrouve l’ambiance sage,
Du mouvement sans grand tapage,
Du plaisir dans le travail en gage.

Je m’épanouis sans ombrage,
Dans la broderie des feuillages.
Parfois dans les traditions en bradage.
Notre groupe se fait tel un commettage,
De la chaleur et de l’amitié s’en dégagent,
Je découvre de nouveaux visages.
Au hasard d’une discussion spontanée et franche,
Je me libère de ma cloison étanche,
Des idées géniales s’épanchent ;
Les jours qui suivent, sur elles je planche.

Sœur Marguerite, quel personnage !
Une abeille dans sa ruche en ouvrage.
De sa noblesse a tenir à toutes le même langage,
Répondre à toutes les sollicitations sans freinage ;
Expliquer conseiller de tout sur son passage,
De la chaise, elle oublie d’en faire usage !
Livres, revues, brochures et leur étiquetage,
Rien ne lui échappe des rayonnages.
Travaux manuels et bouquets en séchage,
De l’abat-jour au crochet pur l’éclairage,
A la plante grimpante du jardinage.

Collection de timbres et coquillages
Pierres, roches, galets et fossiles en marge ;
Couture, dentelles raffinées et tricotage.
Dessin, peinture, macramé et tissage ;
Bien souvent je suis dans les mirages,
L’aiguille en main mais l’esprit en voyage,
Enivrée de ce délicieux breuvage.

Le romantique poisson était en naufrage,
Depuis il se sent dans son élément ; il nage,
Et, présente son modeste témoignage,
A toutes celles qui oeuvrent dans le sillage,
Connues ou anonymes, sans apanage,
Par ces quelques mots il rend hommage.
Dieu aidez-nous à prendre soin de ce bocage
Car ikebana se nourrit de ses branchages.
Hafida

 

 

Sœur Marguerite

 Bouche à dire
Des mots d’avenir

Oreille à confession
Ecoute et discrétion

Chemins tracés
De Jésus bien aimé

Amour du prochain
Prières en refrain

Hafida

Partagez !