Elles étaient 23 demandeuses d’asile suivies par les Champs de Booz  à se rendre ce 14 novembre à une invitation de la paroisse St Jean Bosco de Paris pour la  journée de la fraternité

 

Une journée qui a été ponctuée de moments forts comme ceux des deux témoignages. Celui de cette journaliste, militant pour le droit des femmes en Afghanistan et qui continue en France le même rêve, celui de donner la voix aux femmes de son pays. Témoignage de cette guide touristique, qui n’a pas seulement fui la Syrie mais ne voit plus grandir ses petits-enfants dispersés dans d’autres pays. Grâce à un paroissien de St Jean Bosco, elle a monté avec succès une restauration de plats syriens.
LIRE LA SUITE

 

 

 

 

Partagez !