Header image alt text

Les soeurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique

Accueil  >  

Avec les enfants hospitalisés

Éducatrice de Jeunes enfants de formation, et aujourd’hui à la retraite, j’ai cherché comment retrouver ce monde des petits que j’aime beaucoup. Depuis janvier 2015, je me suis engagée dans les équipes de « Main dans la Main », une association de bénévoles, pour être présents auprès des enfants hospitalisés afin d’améliorer au sein de l’hôpital, la qualité de vie de l’enfant et de sa famille, en étroite collaboration avec le personnel médical et soignant. Les 600 bénévoles de « Main dans la Main » apportent, entre autres, présence et écoute attentives, et sont disponibles tous les jours, y compris les week-ends et les vacances, dans 40 services de pédiatrie de 9  établissements hospitaliers de Paris et de sa région.

Notre mission se concrétise de différentes manières: par un regard compatissant vers celui qui est dans l’angoisse, un sourire, une main tendue. Souvent, c’est en écoutant l’inquiétude des familles, que nous les aidons à mieux vivre le stress de l’attente, ou toute autre situation difficile à laquelle elles sont confrontées.

Huguette Regennass, smnda

Ce qui me fascine, ce sont les multiples façons de communiquer. Pour l’enfant, s’exprimer est une fonction vitale, et il nous faut tout faire pour accéder à son mode de relation.
Je vous partage l’une des plus grandes joies à l’hôpital : Sébastien (pas le vrai prénom) est un enfant qui mesure environ 50 cm. Il ne parle pas, ne mange pas, et a pour seul horizon la coquille gonflable dans laquelle il est couché depuis 7 ans… Il ne bouge que ses mains et ses pieds, gros comme ceux d’un enfant de 4 mois. Sur son visage, nulle manifestation de joie ou de colère. Il ne réagit à aucune de nos sollicitations. Il est là et c’est tout… Pourtant, je le trouvais tellement beau !… À chacune de mes visites – toutes les semaines – j’essayais d’entrer en communication avec lui, mais il restait i r r é mé d i a b l e ment, impassible… Et voilà qu’un jour, alors que je lui chantais une comptine, tout en  jouant avec ses petites mains, ses yeux se mirent à briller et  j’ai pu lire sur ses lèvres, l’esquisse d’un sourire que je n’oublierai jamais… Je venais de remporter une incroyable victoire…

Certes, nous sommes parfois confrontés à la maladie grave, ou à des accidents de vie comme cela peut arriver dans toutes les familles, à des pathologies chroniques qui perturbent l’enfant et tout son environnement. De la compassion à la révolte, elle suscite parfois des réactions qu’il faut être capable de canaliser pour que notre présence auprès de ces jeunes malades reste crédible et cohérente.

Oui, pour être bénévole, il faut avant tout AIMER. Le chant, la musique, le dessin, les contes, les jeux, l’écoute, la tendresse… autant de talents mis bout à bout, pour rendre plus légère la vie des enfants hospitalisés. C’est un partage émouvant où chacun réagit avec sa sensibilité. Garder son âme d’enfant, dans un monde souvent désenchanté, c’est là le secret de ma joie et de mon bonheur.

Huguette Régennass, cté de Sceaux (France)
Partagez !